Dents de la Portetta
Le chaînon entre Courchevel et Pralognan à la latitude de cette localité

Sur la crête du chaînon séparant Pralognan de Courchevel, les Dents de la Portetta se détachent en formant un groupe rocheux qui attire l'œil par son relief tourmenté, découpé en tours séparées par des brèches étroites, qui rappelle celui de certains groupes des Dolomites. Ce petit massif est constitué de calcaires et de dolomies du Trias moyen, que coiffe, du côté nord (Dent Portetta), une puissante dalle de calcaires jurassiques. Cet ensemble représente à lui seul une unité briançonnaise assez bien individualisée car il est ceinturé de toutes parts par des terrains de nature différente.
image sensible au survol et au clic

Panorama de la rive gauche du Doron de Pralognan, au niveau de cette localité, vu de l'est depuis le Mont Bochor.
n.G = nappe des gypses ; u.P = unité de la Portetta ; c.Ch = cicatrice de Chavière ; a.P = anticlinal de la Portetta (il est déversé vers l'est et son axe est pratiquement orienté comme la crête) ; a.B(?) = prolongement vraisemblable de l'anticlinal du Bochor.

Contrairement à ce que semblerait indiquer la présence des quartzites triasiques dans le bas du versant qui tombe sur Pralognan (où ils forment bosse rocheuse soutenant le col de Napremont), les terrains du Trias calcaire de cette crête ne constituent pas la simple couverture stratigraphique de ces quartzites triasiques, car la succession des couches s'y renverse vers le bas des abrupts (les couches jurassiques affleurant au pied des escarpements triasiques).

image sensible au survol et au clic

Détails des rochers culminants de la crête de la Portetta vus de l'est, depuis le Mont Bochor.
Observer notamment (au bord supérieur gauche du cliché) que les strates de l'unité de la Portetta sont tranchées de façon très oblique (presque transversale) par la surface de base de la nappe des gypses.

En réalité il s'agit là d'un contact tectonique brutal et majeur, souligné d'une bande de cargneules, qui s'avère correspondre au passage de la cicatrice de Chavière. En effet les quartzites du soubassement du col de Napremont appartiennent à la retombée méridionale de la coupole de socle de la Vanoise septentrionale. Ils dessinent en outre un bel anticlinal d'axe E-W qui représente le flanc nord du synclinorium de Pralognan (prolongement probable de l'anticlinal du Bochor).

Le versant ouest de cette crête est d'autre part bordé par une puissante bande gypseuse. Elle prolonge vers le sud celle de la Dent de Villard et se connecte vers le sud aux gypses du Petit Mont-Blanc et se rattache donc à la "nappe des gypses".

image sensible au survol et au clic

Les Dents de la Portetta vues de l'ouest, depuis l'échine d'alpages du Pralin, au dessus de Morion (Courchevel).
ØG = surface de base de la "nappe des gypses" ; a.P = anticlinal de la Portetta : . Au sud du Col du Biol son flanc occidental est décapé profondément jusqu'aux calcaires anisiens ("tcA") dans le versant ouest du Rocher de Plassa. Au nord (Dent Portetta) sa succession se complète par les termes supérieurs (jurassiques et néo-crétacés) de la série mais la voûte anticlinale est rompue lonitudinalement par la faille N-S du couloir des Chamois (f.cC). Enfin, à gauche des limites du cliché, la voûte de ce pli s'enfonce vers le nord sous la nappe des gypses.

L'érosion a d'autre part plus fortement disséqué ce versant, de sorte qu'il montre que la succession des couches de cette unité de la Portetta est ployée en une voûte anticlinale assez régulière (dédoublée dans le détail par une cassure longitudinale) qui plonge de façon régulière vers le nord.

image sensible au survol et au clic

La montagne de la Petite Val (versant sud-occidental de la crête de la Portetta), vu de l'ouest depuis le Pas du Roc Merlet.
n.G = "nappe des gypses" (ØnG = sa surface de charriage) ; u.Po = unité de la Portetta ; u.rP = unité du Roc de la Pêche.
La montagne de la Petite Val est une lourde voûte anticlinale de calcaires et dolomies du Trias moyen qui est enveloppée par les cargneules de la partie basse de la nappe des gypses, de la même façon que l'unité de la Portetta (il s'agit cependant sans doute de deux unités distinctes car leurs successions stratigraphiques sont assez différentes).

A son extrémité septentrionale la dalle Jurassique et crétacée qui coiffe la succession est fortement découpée par des ravins,en particulier par celui du Couloir des Chamois, sui est déterminée par la faille N-S qui mérite ce nom et qui suit sensiblement la voûte de l'anticlinal de Portetta. Ce sont les témoins résiduels de cette carapace, dénudés en dalles structurales, qui se détachent du versant en formant les deux pupitres très déclives et presque symétriques de l'Aiguille d'Août et de la Roche de Moret.

Finalement le chaînon calcaire de Portetta s'interrompt assez brutalement, tranché par le "couloir de la Grande Pierre" qui descend de façon presque rectiligne jusqu'au petit plateau de la Montagne. Ses affleurements disparaissent là, et y font place aux cargneules basale de la nappe des gypses.

L'obliquité de ce vallon de La Grande Pierre par rapport à l'axe du pli suggère que la brutalité de cette terminaison pourrait résulter de l'intervention d'une cassure oblique. Toutefois le fort plongement quez manifeste la voûte anticlinale dans ce secteur fait que cette terminaison est peut-être simplement due à son recouvrement par la nappe des Gypses. Quoi qu'il en soit son matériel calcaréo-dolomitique ne répparait pas plus au nord à flanc de l'entaille de la vallée du Doron.
Il s'avère en définitive que l'unité de la Portetta affecte la forme d'une amande rocheuse de 3 kilomètres de long sur un peu plus de 1km de large. On peut donc envisager de considérer que cette unité n'est qu'un simple (mais énorme) "bloc-klippe" transporté au sein de la nappe des gypses.


image sensible au survol et au clic

Les Dents de la Portetta vues du nord, depuis le sommet du Rocher de Villeneuve (la crête étant vue d'enfilade les différents sommets se profilent de façon confuse les uns devant les autres.
a.P = anticlinal de la Portetta ; cic. Ch. = cicatrice de Chavière.

Les ravins qui descendent de l'extrémité du chaînon calcaire ont comblé et nivelé par leurs déjections le plateau du hameau de la Montagne. Ce dernier représente le sommet d'un important glissement de terrain ancien : en effet les pentes boisées qui en descendent sur le village de La Croix, bien qu'encadrées par la puissante barre de quartzites du col de Napremont (au sud) et du Rocher de Villeneuve (au nord), sont formées par des paquets disloqués constitués des mêmes terrains calcaires qui affleurent à la Portetta, assemblés par un liant de cargneules : le plus important, qui obture le vallon et domine le village de la Croix est celui du Rocher des Fattes, formé par les calcaires du Malm, coiffés d'un chapeau de marbres chloriteux. Cette zone de tassement masque en outre, transitoirement, la bande de cargneules qui jalonne la cicatrice de Chavière.

image sensible au survol et au clic

Les Dents de la Portetta vues du nord, depuis le sommet de la Dent de Villard (Le sommet de la Dent Portetta, éclairé, se profile en contrebas de la Dent du Biol)
L'ensemble rocheux calcaire formant les dents qui se profilent sur le ciel s'enfonce, vers l'observateur, sous la puissante masse de gypses qui forme la crête du Mont Charvet (en avant-plan).

Plus au nord encore, à partir du col de la Grande Pierre, la voûte décrite par ces affleurements calcaires plonge et disparaît sous la nappe des gypses, dont le matériel forme alors la crête du Mont Charvet (voir la page "Dent de Villard").

image sensible au survol et au clic
L'extrémité septentrionale du chaînon de la Portetta vu du nord, depuis la Grande Rochette (crêtes de La Plagne)
cic.Ch = cicatrice de Chavière et de Champagny ; les tirets roses correspondent à la surface de chevauchement de la "nappe des gypses" et à la cassure occidentale de la cicatrice de Chavière et de Champagny, à laquelle la première se connecte au nord (en contrebas gauche du sommet de la Dent de Villard) comme au sud (à gauche du Mont Charvet).

aperçu général sur la Vanoise


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers

Carte géologique simplifiée des abords

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges

Courchevel

Dent de Villard

Grand Bec
Méribel, Croix de Verdon

LOCALITÉS VOISINES

Pralognan

Aig. du Fruit

Petit Mont-Blanc

Roc de La Vallette
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/12/21