Grand Bec, Vuzelle, Sauvire
crêtes entre le Doron de Pralognan et le Doron de Champagny

Le sommet du Grand Bec est le point culminant du chaînon qui sépare la vallée de Pralognan de celle de Champagny. Il est presque entièrement sculpté dans les termes différents successifs qui forment le socle cristallin de la Vanoise septentrionale (voir la page "Stratigraphie"). D'une façon générale ces couches sont dotées d'un très fort pendage vers le sud-ouest, qui exprime le fait que l'on est là sur partie sud de la retombée occidentale de la coupole de socle qu'elles dessinent.

A/ Sur le versant sud-ouest de la montagne la succession se complète par les couches permo-triasiques siliceuses de la Vuzelle puis par les calcaires mésozoïques dans les pentes du Mont Bochor. Toutes ces couches se succèdent en série stratigraphique normale, globalement pentée vers le sud-ouest avec leur base au nord-est et un pendage qui s'accroît du haut vers le bas jusque au renversement.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Grand Bec vu du nord-ouest (dans l'enfilade de ses crêtes), depuis la Grande Rochette.
J? = marbres et brèches (jurassiques ?) de la Sauvire ; Ps = schistes permiens ; Pcg = conglomérats de base du Permien .
Socle paléozoïque anté-permien : Pzs = terme supérieur, faciès général à micaschistes noirs prédominants ; Pzp = terme supérieur, partie riche en lits prasinitiques ; Pzq = terme supérieur, partie riche en lits de quartzites albitiques ; Pzm.ga = terme moyen (à gabbros et volcanites).
NB : Les notations ci-dessus correspondent à une analyse de la constitution du socle paléozoïque qui est plus détaillée que dans les autres pages de la Vanoise septentrionale. Elles sont également employées dans les figures suivantes de la présente page.


L'ensemble des couches, qui sont globalement orientées presque N-S au nord du Doron de Champagny, décrit au sud de ce dernier une torsion azimutale anti-horaire progressive dépassant 90° à partir de la Pointe des Volnets. Il en résulte que, dès la transversale du Grand Bec, les différents niveaux sont alors entaillées presque en tangence par le Doron de Pralognan
Les plus récentes (quartzites triasiques) se montrent également accidentées de replis souples, savoir le synclinal du Creux Noir, l'anticlinal de Leschaux et le synclinal du Mont Chevrier. Du fait que leurs axes sont orientés NW-SE ils sont coupés en biais aigu par le flanc de la vallée du Doron de Pralognan et
leurs tracés traversent le versant en s'élevant en diagonale du nord-ouest vers le sud-est, depuis les basses pentes des environs de Chambéranger jusqu'aux plus hautes crêtes (Pointe de Creux Noir).

image sensible au survol et au clic

Le Grand Bec (versant sud-occidental) vu de l'ouest, depuis le sommet de la Dent de Villard (suite de ce paysage vers la gauche à la page "Champagny")
La succession stratigraphique des couches (mêmes notations que sur le cliché précédent) plonge plus rapidement que le versant, de sorte que les couches les plus anciennes affleurent aux plus fortes altitudes.
Du côté sud (à droite) la succession est perturbée par des replis qui affectent le flanc nord du grand synclinal des Fontanettes (voir les images suivantes) : s.V = synclinal de la Vuzelle ; a.Cn = anticlinal du Creux Noir ; s.Cn = synclinal du Creux Noir ; a.L = anticlinal de Leschaux ; s.mC = synclinal du Mont Chevrier.

 Ce changement d'orientation par rapport au secteur, plus septentrional, de la Roche de Mio traduit le fait que la coupole de socle de Bellecôte se ferme ici en retombant vers le sud. Cette retombée méridionale constitue par ailleurs le flanc nord du synclinorium des Fontanettes (voir la page "Bochor"). Ce grand pli d'axe NE-SW, qui tend vers l'est à se renverser vers le sud, est relativement tardif car il affecte les replis des couches élevées de la succession siliceuse en les enroulant obliquement à leurs axes (NW-SE), lesquels sont orientés presque tangentiellement au versant de la montagne au niveau du Doron de Pralognan.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional du Grand Bec vu du sud, depuis les pentes septentrionales du Petit Mont Blanc.
Depuis cette altitude de prise de vue les plans successifs de ce versant se superposent, ce qui rend pratiquement impossible la représentation des rapports entre leurs structures. On trouvera un correctif à l'image suivante, dont l'angle de vue est au contraire plongeant vers le nord.
La suite de ce paysage vers la droite est représentée et analysée à la page "Bochor".

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-occidental de la montagne du Grand Bec, vu du sud (vue pseudo aérienne d'après une image obtenue par "Google Earth").
Plis tardifs, N-S (en jaune) : a.B = anticlinal du Bochor ; s.F = synclinal des Fontanettes
Plis précoces, SW-NE, à axes reployés par les précédents : s.V = synclinal de la Vuzelle ; a.Cn = anticlinal du Creux Noir ; s.Cn = synclinal du Creux Noir ; a.L = anticlinal de Leschaux ; s.mC = synclinal du Mont Chevrier.
Tirets jaunes = base des quartzites triasiques ; tirets bruns = couches carbonatées du sommet des quartzites triasiques ; tirets bleus = base du jurassique.


B/ Sur le versant septentrional du chaînon du Grand Bec les roches (gabbroïques) qui sont rapportées à la formation moyenne du paléozoïque affleurent à mi-pente, au coeur d'une synforme (voir le premier cliché de la présente page) : ce pli est donc supposé affecter une série renversée, avec sa base du côté nord-est (ce qui est d'ailleurs cohérent avec le renversement vers le sud-ouest qui affecte l'ensemble du chaînon).

image sensible au survol et au clic

Le Grand Bec (versant oriental) vu de l'est, depuis la Roche Noire de Vallaisonnay.
La couverture mésozoïque transgressive sur le socle cristallin affleure de deux façons différentes :
a) sous forme d'une butte-témoin* qui forme le petit plateau suspendu de La Sauvire (voir détails plus loin dans cette page);
b) sous forme d'une bande étroite qui traverse selon une oblique très inclinée le ravin de Darbesset, pour aboutir au col entre le Grand Bec et la Becquetta : elle pourrait se prolonger vers le NW en déterminant le vallon des Côtes Vertes qui descend de ce col vers le refuge des Gouilles.
f.cP? = prolongement vraisemblable de la faille du Col du Palet (voir la page "Vallaisonnay") ; ØcC? = prolongement méridional hypothétique du chevauchement de La Chiaupe (voir la page "Champagny")

Pourtant ces roches supportent le plateau suspendu de la Sauvire, qui est, très curieusement, garni de marbres et brèches attribués au Jurassique. Or les affleurements de cette butte-témoin* sédimentaire ne sont pas en situation renversée mais directement transgressifs sur le socle par un contact stratigraphique indubitable (même si l'attribution au Permien de leurs premières couches est sans doute discutable).

image sensible au survol et au clic

vue plus détaillée du versant oriental de la crête de la Sauvire, depuis la Croix des Écuries (rive droite de la vallée du Doron de Champagny).
Le rebord du plateau suspendu est formé par des marbres gris (JM) évoquant ceux du Malm (leur base est ici tracée en vert-émeraude), supportant des brèches à éléments dolomitiques (cBr) rappelant celles du Crétacé supérieur.
Ces couches reposent en discordance sur les micaschistes (Pzs.s) ou sur les gabbros (Pzm.ga) du socle cristallin par l'intermédiaire d'un niveau de schistes albitiques (Ps) attribués au Permien. Mais on peut se demander si ce dernier niveau ne serait pas constitué de matériel permien remanié au jurassique.


En fait on observe là une situation assez similaire à celle de la bande de mésozoïque du col de la Chiaupe (voir la page "Champagny"). En effet, dans les deux cas, le mésozoïque repose sur du socle renversé (et plus précisément ici sur le coeur, érodé, d'un pli couché). En outre les couches de la butte-témoin de la Sauvire sont ployées en plis couchés déversés vers le nord-est, c'est-à-dire que leur vergence peut être comparée à celle du chevauchement de Mio.

Cette situation est paradoxale car elle supposerait l'intervention (très invraisemblable) d'une tectonique capable d'avoir déformé le socle cristallin avant le dépôt des couches mésozoïques. Elle pose un problème qui , semble-t-il, n'a jamais été pris en considération par les auteurs.

On en trouvera une tentative d'explication à la page "tectonique de la Vanoise".

 

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-oriental du Grand Bec (crête de la Sauvire) vu de l'est, depuis le Grand Chalet de la vallée du Doron de Champagny.
LBr = brèches à ciment marbreux (Lias inférieur ?) : cette bande de roches calcaires détermine un petit verrou où les glaciers anciens ont laissé la trace de leur passage sous forme de belles roches moutonnées* ; M = lame de marbres (Malm probable).
Voir le cliché précédent pour le détail des affleurements de la Sauvire et la page "Glière" en ce qui concerne les affleurements de La Motte.

Par contre leur style et l'orientation sont, curieusement, assez différents de ceux de la pincée synforme, remplie de marbres du Malm, qui affecte l'interface cristallin - mésozoïque immédiatement plus à l'est dans les pentes de la Mande (voir cliché ci-dessus).

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional du massif de Bellecôte et la vallée du Doron de Champagny, vus du Sud. vue pseudo aérienne oblique d'après une image extraite de "google-earth".
c.Ch = cicatrice de Chavière - Champagny (faille orientale) ; ØcC = chevauchement de La Chiaupe ; af.Fr = antiforme de Friburge ; u.V = unité du Vallaisonnay ; a.S = anticlinal de la Sache ; a.L = anticlinal de Laisonnay ; f.cP = faille du Col du Palet ; n.G = nappe des Gypses ; u.gM = unité de la Grande Motte.
"Pzi", "Pzm"; "Pzs" = Paléozoïque ; "Pe" = Permien (schistes et conglomérats) ; "tq" = Trias inférieur et Permo-Trias quartzitiques ; "tc-d" = Trias moyen calcaréo-dolomitique ; "j?" calcaires transgressifs sur le socle cristallin (jurassique ?).

 


aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers


Carte géologique simplifiée de la montagne du Grand Bec

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


Mont Jovet

Champagny ; Chiaupe

Vallaisonnay
Dent de Villard

LOCALITÉS VOISINES

Glière de Champagny

Rochers de Portetta

Bochor

Col de la Vanoise
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 10/12/21